Portrait of Pascal Quignard at his place 23/09/2016 ©Hannah ASSOULINE/Opale/Leemage

C’est difficile de parler d’un tel livre, il est tellement puissant dans son message et son écriture qu’on en reste abasourdi, assourdi, sans voix.
J’avais bien aimé « Tous les matins du monde » et « Terrasse à Rome » de Pascal Quignard et la magie a encore marché. J’ai tourné la dernière page hier soir et je suis encore toute hébétée, remuée car l’auteur fait réfléchir.
Un livre plutôt sombre, une héroïne qu’on n’aimerait pas trop avoir comme copine, tant elle nous dérange, mais qui fascine par sa liberté, sa façon de tout abandonner, de tourner la page, de recommencer ailleurs (qui n’en n’a pas rêvé un jour ou l’autre?), des personnages attachants. mais quelle belle prestation.